You are here

Rapport 2019 UA-UE-OCDE sur la dynamique du développement: transformation productive en Afrique

Date de publication: 
17/12/2019

Le 28 novembre, la Commission de l’Union africaine (CUA), le Centre de développement de l’OCDE et l’UE ont présenté à Bruxelles la deuxième édition de leur rapport économique annuel conjoint « Dynamiques de développement en Afrique ». Les intervenants ont discuté des politiques publiques qui peuvent aider à transformer les entreprises et les systèmes de production africains.

Les économies africaines connaissent une croissance rapide. Avec un taux de croissance annuel de 4,6% au cours des 20 dernières années, l'Afrique est la deuxième région à la croissance la plus rapide du monde. La demande accrue de produits transformés ainsi que la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) récemment signée créent de nouvelles opportunités pour les entreprises africaines. Pourtant, de nombreux défis persistent avant de réaliser le plein potentiel de ces dynamiques.

Comment réaliser la transformation productive de l’Afrique dans un monde globalisé et en évolution rapide? Le nouveau rapport sur « Dynamiques du développement en Afrique » examine différentes régions africaines et fournit des recommandations politiques sur la manière de créer un environnement propice à la prospérité des entreprises africaines. Dans une salle comble accueillie par la Commission européenne, les participants des institutions africaines et européennes ont débattu des opportunités et des défis.

Dans son discours d'ouverture, Sandra Kramer, directrice des relations UE-UA, Afrique de l'Ouest et de l'Est à la Commission européenne, a souligné que dans le cadre de "l'Alliance Afrique-Europe pour l'investissement et l'emploi durables", l'UE soutient l'investissement durable, les entreprises l'environnement, l'éducation et le développement des compétences ainsi que l'intégration économique en Afrique. Elle a également noté l'importance de statistiques et de données fiables pour une prise de décision plus éclairée.

Le commissaire aux affaires économiques de l'UA, Victor Harison, a souligné que les marchandises doivent être transformées localement afin de contribuer à la valeur ajoutée, à la création d'emplois et au développement en Afrique. Il a appelé les partenaires à investir dans la transformation des industries pour soutenir les chaînes de valeur locales. Mario Pezzini, directeur du Centre de développement de l'OCDE, a ajouté que des chaînes de valeur régionales doivent être créées pour tirer pleinement parti des nouvelles possibilités. L'Ambassadeur du Rwanda, Amandin Rugira, a souligné la réussite spécifique du Rwanda et a souligné la nécessité d'initier des réformes de gouvernance afin de faciliter les activités commerciales et d'attirer les investissements.

« Dynamiques du développement en Afrique » est le rapport économique annuel de la Commission de l’Union africaine, en coopération avec le Centre de développement de l’OCDE et cofinancé par l’Union européenne. L'objectif est de créer une plate-forme de dialogue et de partage des connaissances entre les différentes parties prenantes d'Europe et d'Afrique. Le rapport fournit aux décideurs africains des données fiables pour éclairer la réforme des politiques aux niveaux national, régional et panafricain afin de progresser vers la réalisation des objectifs de l'Agenda 2063 de l'Union africaine.

Dynamiques du développement en Afrique 2019 - Chiffres clés:

  • Le continent africain a enregistré une croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) de 4,6% entre 2000 et 2018.
  • La demande intérieure de l'Afrique est le principal moteur de cette croissance. Il représente 69% de la croissance annuelle entre 2000 et 2018.
  • Les jeunes start-ups en Afrique s'engagent dans de nombreux secteurs. Les trois principales activités des start-ups africaines sont: 1) les technologies de l'information et les services Internet, 2) les applications et les logiciels et 3) le contenu audiovisuel et la diffusion
  • La croissance n'a pas créé suffisamment d'emplois de qualité ou de bien-être pour la population. Dans certains pays, près de 91% de la main-d'œuvre non agricole reste dans l'emploi informel.
  • Le nombre de personnes vivant avec 1,90 USD par jour ou moins a augmenté de 31 millions entre 1999 et 2015, passant de 376 millions à 407 millions.
  • Dans l'ensemble, la productivité ne rattrape pas son retard. La productivité du travail en Afrique est restée à 12% du niveau des États-Unis depuis 2000.
  • L'amélioration des capacités des petites entreprises est essentielle pour créer plus d'emplois de qualité. Parmi les entreprises formelles de 38 pays africains, celles de moins de 20 salariés représentent 41% de la création nette d'emplois